Nature, Terre, monde, univers et l’homme

Nature, Terre, monde, univers et l’homme

 

 La nature est débordante de ressources essentielles inépuisables

L’homme si vulnérable en dépend entièrement

Pourquoi détruirait-il la nature dont il a grandement besoin?

 

Source de vie, la planète Terre est immense

Et l’homme qui l’habite est si petit

Pourquoi agirait-il comme si la terre entière lui appartenait?

 

Berceau de l’humanité, le monde est vaste

Or, l’homme est si minuscule 

Pourquoi se considérerait-il comme le centre du monde?

 

Dans l’espace et le temps, l’univers est infini

Alors que l’homme a ses limites

Pourquoi se prendrait-il pour le maître de l’univers?

 

Nature, Terre, monde et univers sont la vie

Pourquoi l’homme ruinerait-il tout sur son passage

Pour une question d’argent, de pouvoir ou de prestige

Alors qu’il n’a que la vie comme seule et unique possession?

 

Ce serait trop absurde

 

nikellenica
20-06-21     

 

À la croisée des chemins de la vie

À la croisée des chemins de la vie

 

Tellement de gens sont passés tout près

Pressant le pas ne s’arrêtant jamais

Un sourire, un bonjour par courtoisie

À la croisée des chemins de la vie…

 

Tellement de gens sont passés ici

Se sont arrêtés, puis ils sont partis

Ceux restés sont appelés des ami(e)s 

À la croisée des chemins de la vie…

 

Tellement de gens sont passés à point

Par chance comme un signe du destin

Des anges du Ciel venus par magie

À la croisée des chemins de la vie…

 

Tant de gens sont passés et passeront

Le temps d’une rose ou un temps plus long

De tout sexe, race, langue et patrie

À la croisée des chemins de la vie…

 

nikellenica (décasyllabes)

14-05-21

De la vie à la mort

death-2433005_640

Quand j’étais jeune on disait que novembre était le mois des morts. C’est un mois que je n’aime pas trop étant donné ses jours de pluie trop nombreux, sa froideur et la noirceur qui vient trop tôt. Parler de la mort est un sujet qui fait partie de la vie, alors novembre s’y prête bien sans pour cela que ce soit triste.

De la vie à la mort

 

Partout où il y a la vie

Il y aura assurément la mort.

Telle une épée de Damoclès, la mort

Plane au-dessus de la vie.

 

La naissance condamne à mourir!

La vie expérimente

La mort patiente

Rien à faire pour s’en prémunir!

 

La vie est un lever de soleil au matin

Des pages d’ histoire.

La mort est la venue de la nuit noire

Le mot de la fin!

 

La vie est une fleur fraîchement éclose

Qui fascine par son parfum et ses couleurs

Soudain déracinée, les pétales en pleurs

Dans la mort, elle se décompose.

 

Il faut vivre pour mourir

La vie est donc un prélude!

Il faut vivre avant de mourir

Car la mort est… une certitude.

 

nikellenica
01-11-20

citation-chagall

Ainsi va la vie…

day-1552119_640

Ainsi va la vie…

 

Quand la nuit pâlit

Le jour se pointe.

Puis les jours passent

Les semaines s’écoulent

Les mois s’effritent

Et l’année prend fin.

Quand le jour s’éteint

La nuit s’installe.

Hier s’en va

Demain s’en vient.

 

Ainsi va la vie…

 

nikellenica
22-08-20

external-content.duckduckgo-1

Éternité

time-2581082_960_720

Éternité

 

La vie est un éternel recommencement
Une répétition d’évènements
Un aller-retour de saisons
Une liste de traditions.
Des jours, des mois, des années
D’une routine bien ancrée.
Travail et semaine
Vacances et week-end
Naissances et morts
Puis la terre tourne encore.
Tout meurt et tout revit
Inévitablement à l’infini.
Tourne et tourne la roue
Sans ceux d’hier et bientôt sans nous.
À travers le temps, en divers lieux
Semblablement, sous d’autres yeux
En parfaite continuité
Pour l’éternité.

 

nikellenica
23-11-19

birthday_dame1900_joyanniv_barre

Nature automnale

automne Photo : Louis Chamberland

 

Nature automnale

 

Au coeur de la forêt, l’automne a fignolé
Un coin de la nature avec habileté.
Comme toile de fond, une souche pourrie
À l’écorce grisâtre, à l’état d’agonie.
Mais la vie s’y agrippe avec force et vigueur
Alliant tons de vert et taches de rougeurs.
Un tronc d’arbre coupé comme appui à la vie
Ne connait pas de fin… Nature soit bénie!

 

nikellenica (alexandrins)
06-10-19

d3a97e2c

Sans retour

life-3089646_960_720

Sans retour

 

Petit oiseau à un vol de la mort
voit le reflet du ciel à travers la fenêtre.
D’un vol précipité, frappe la vitre.
Forte méprise qui lui vaudra la vie.
Adolescent à un plongeon de la mort
dans une zone interdite à la baignade.
Plonge et ne remonte plus à la surface.
Folle témérité qui lui vaudra la vie.
C’est ainsi… La vie ne tient qu’à un fil!
Un seul instant, suffit pour traverser de l’autre côté.
C’est trop peu, c’est trop court…
Un claquement de doigt et
aucune possibilité de revenir en arrière.

 

nikellenica
26-06-19
753aac01

On n’a pas le temps

time-3222267_960_7204

On n’a pas le temps

 

La vie passe
Le temps manque
Les gens courent
On n’a pas le temps
De patienter.

 

On travaille à temps plein
On consomme à l’excès
On ne dort pas assez
On n’a pas le temps
De s’reposer.

 

À toute allure
À plein régime
Au pas de course
On n’a pas le temps
De s’arrêter.

 

On se stresse
On s’énerve
On s’emporte
On n’a pas le temps
De relaxer.

 

La vie s’envole
Le temps s’enfuit
À la limite
On n’a pas le temps
D’en profiter.

 

nikellenica
18-11-18

0_e7231_323cb4cc_L

sur le net

les-citations-sur-le-temps-perdu-1

sur le net

confucius-citation1

Cage dorée

decoration-2112037_960_720

Cage dorée

 

Que fais-tu de tes jours
Isolé et sans buts
À gaspiller le temps
À peindre tout en noir?
Ne vois-tu pas la vie
Qui illumine ton âme?
Tu choisis de rester caché
Derrière la porte de ta maison
À t’éclairer à la chandelle.
Que fais-tu de tes jours
Blasé et sans espoir
À pousser des soupirs
À tuer l’ennui?
Ne vois-tu pas la vie
Qui te convie à son banquet?
Tu choisis de garder les yeux fermés
Le visage empreint d’indifférence
Pour te garder d’avoir mal.
Que fais-tu de tes jours
À rester là immobile
Prisonnier de ta cage dorée
Comme un oiseau amputé de ses ailes?

 

nikellenica 
27-03-18

Vie

vie

Vie

Je ne comprends pas
le pourquoi de mon existence
parmi tant d’autres semblables…
Languissante, corolle défraîchie,
je me suis affalée sous la dernière pluie.
Si mon chemin s’achève à la tombée du jour
d’autres continueront d’exhaler leur haleine parfumée.
Là où mes racines les plus profondes s’enfoncent,
je puise soudain la force nécessaire.
Là où le Soleil perce les nuages,
je vais au bout de ma soif.
Un papillon sort de l’ombre
léger comme un souffle,
il effleure mon coeur,
je redresse la tête
frémissante
de vie.
vie
Vie
vie Vie vie Vie vie
Vie
vie
Vie
vie
Vie
vie
Vie

68772_40cbd

nikellenica
calligramme
26-10-17

allergie.jpg