Nature, Terre, monde, univers et l’homme

Nature, Terre, monde, univers et l’homme

 

 La nature est débordante de ressources essentielles inépuisables

L’homme si vulnérable en dépend entièrement

Pourquoi détruirait-il la nature dont il a grandement besoin?

 

Source de vie, la planète Terre est immense

Et l’homme qui l’habite est si petit

Pourquoi agirait-il comme si la terre entière lui appartenait?

 

Berceau de l’humanité, le monde est vaste

Or, l’homme est si minuscule 

Pourquoi se considérerait-il comme le centre du monde?

 

Dans l’espace et le temps, l’univers est infini

Alors que l’homme a ses limites

Pourquoi se prendrait-il pour le maître de l’univers?

 

Nature, Terre, monde et univers sont la vie

Pourquoi l’homme ruinerait-il tout sur son passage

Pour une question d’argent, de pouvoir ou de prestige

Alors qu’il n’a que la vie comme seule et unique possession?

 

Ce serait trop absurde

 

nikellenica
20-06-21     

 

Déconfiner

crow-2191180_640

Déconfiner

 

Déconfiner
Redécouvrir la liberté
Si précieuse et fondamentale.
Faire de grandes promenades
En passant par les boutiques
Les restaurants et les crémeries.
Suivre le bord de l’eau
Admirer la nature retrouvée
Se réchauffer sous le soleil
Courir pour rattraper le printemps.
Déconfiner
Sagement sans trop d’éclats
Avec tout juste ce qu’il faut de crainte
Sans câlins ni rapprochements
Mais toujours avec l’espoir!
Avoir le sentiment de revivre
La sensation de recommencer à zéro
Comme une seconde chance.

 

nikellenica
11-05-20

external-content.duckduckgo

L’avant, le pendant et l’après

mask-5008671_640

 

L’avant, le pendant et l’après

 

C’était un monde où tout bougeait vite.
Un monde bâti autour de soi, chacun pour soi.
Un monde où le temps était calculé à la minute près
Où l’argent, le plaisir, la consommation et les voyages
Étaient tout ce qui importait.

 

Pendant que l’homme reste confiné
Devenu la proie d’un prédateur invisible.
Les animaux se promènent librement.
Les fleurs s’étalent au-delà des plates-bandes.
La nature récupère les espaces qu’on lui a volés.

 

La reprise de la vie normale se fera timidement.
La crainte persistera sans doute un bon moment.
Les priorités ne seront peut-être plus les mêmes.
L’après dépendra de ce que l’homme aura appris
Et surtout de ce qu’il voudra bien changer.

 

nikellenica
15-04-20
external-content.duckduckgo-1

Nature automnale

automne Photo : Louis Chamberland

 

Nature automnale

 

Au coeur de la forêt, l’automne a fignolé
Un coin de la nature avec habileté.
Comme toile de fond, une souche pourrie
À l’écorce grisâtre, à l’état d’agonie.
Mais la vie s’y agrippe avec force et vigueur
Alliant tons de vert et taches de rougeurs.
Un tronc d’arbre coupé comme appui à la vie
Ne connait pas de fin… Nature soit bénie!

 

nikellenica (alexandrins)
06-10-19

d3a97e2c

Un jour à la fois

hoarfrost-2895094_960_720

Un jour à la fois

 

Novembre m’invite amicalement
à partager un grand pot d’air frais.
Debout à ma fenêtre, l’oeil indifférent,
je choisis de rester bien au chaud
emmurée dans un laisser-aller continuel.
Je ne retrouve plus l’enthousiasme d’hier
alors que je sortais quotidiennement pour aller marcher.
Plus je résiste, plus la paresse prend le dessus.
Il m’arrive bien d’éprouver quelques remords,
mais mille excuses et échappatoires viennent à bout de ma volonté.

 

Et si je changeais tout cela
Un jour à la fois
Un pas à la fois
en commençant par aujourd’hui…

 

nikellenica
22-11-17

giphy

sur le net

henrydavidthoreau1

sur le netair frais

Comme des oiseaux

autumn-233429_960_720

 

Comme des oiseaux

 

Les feuilles aux toilettes colorées
Quittent leur nichoir d’été
Pour trouver refuge à nos pieds
Comme des oiseaux aux ailes brisées.

 

L’automne prêt pour une trêve
Chante l’hymne de l’été indien
Comme des oiseaux au petit matin
Pépiant leur aubade brève.

 

Octobre entre soleil et déchirures
L’adieu aux dernières chaleurs
Comme des oiseaux migrateurs
Échapper à tout prix à la froidure.

 

Novembre, triste paysage
Parmi les arbres dénudés
Ses nuits et ses jours sont mal-aimés
Comme des oiseaux au sombre plumage.

 

nikellenica
13-10-17

                          58a8b20e

Et la terre tient bon!

flow-1716446_640

Et la terre tient bon!

Les plus petites cheminées des maisons alliées
aux gigantesques cheminées des usines vomissent
à elles seules des tonnes et des tonnes de fumées
toxiques. Pendant que les moyens de transport crachent
leur CO2 dans l’atmosphère, les déversements de pétrole
et de matières dangereuses dans les cours d’eau continuent
de faire les manchettes.

 

Oui, mais on crée des emplois! Le libre-échange demande
que l’on multiplie les ressources, les exploitations,
les récoltes, les élevages d’animaux.

 

On creuse des mines à ciels ouverts, on exploite les sables
bitumineux, on multiplie les éoliennes, les barrages
hydro-électriques, on extrait les gaz de schistes.
Alors que du côté agricole, on pulvérise insecticides,
herbicides et purin. Puis on met à nu nos forêts.

 

Radioactivité
Pluies acides
Gaz à effets de serre
Réchauffement climatique
Pollution de la nappe phréatique
Sols et cours d’eau contaminés
Animaux et insectes en voie d’extinction
Cancers, maladies, virus.

Les dommages sont irréversibles!
Sans espoir de guérison!

Et la terre tient bon… et pour combien de temps?

 

nikellenica
27-01-17

c543eca2

citation_67999

 

La nature

environmental-protection-326923_640

La nature

 

Toi, nature qui éclate de beauté
Par ton originalité, ta diversité
Ton monde haut en couleur.
Ta force grandeur nature
Rend parfois la vie dure
Mais reste toujours ton infinie douceur.
Un bref moment en ta compagnie
Suffit pour communier avec la vie
Source d’émerveillement
De réconfort et d’apaisement.
Sous l’eau, dans les airs
Dans l’espace ou sur la terre
Aucune limite à ta magnificence!
Tu es le gîte et le couvert de toute existence.

 

nikellenica
28/07/16

 

1_177

Sur l’eau!

Scaled Imagie
Sur l’eau!

 

Je vogue sur les rivières Yamaska et St-François,
sur le lac St-Pierre et le fleuve St-Laurent.
Toujours les mêmes, pourtant jamais je ne m’en lasse!
Leur odeur unique et le bon vent me fouettent les sens
pendant que je glisse doucement sur leur flanc
mon corps épousant leur mouvement de vagues.
J’écoute distraitement le grouillement de l’eau
et le bourdonnement du moteur du ponton.
Je savoure la chance qui m’est offerte de pouvoir
vivre des moments aussi magiques.
J’observe canards, hérons et goélands,
les petits chalets qui surplombent l’eau
puis les maisons de prestige réservées
exclusivement à la gent richissime.
J’imagine cette eau sombre, parfois brune, verte ou noire
dissimuler dans ses profondeurs une vie qui survit.
Existe-t-il un bonheur plus grand
que celui de se la couler douce à ciel ouvert,
en laissant le soleil bronzer sa peau
et la brise légère caresser son visage?
Grisée par la beauté inouïe de tout ce qui m’entoure
le calme me pénètre, le bien-être m’envahit.
Je ferme les yeux sur cette note, le son du vent dans mes oreilles,
sa mélodie ébouriffant mes cheveux et je songe au paradis…
Oui, si vraiment il existe, c’est à cela qu’il doit sûrement ressembler.

 

nikellenica
03-09-15

afa12aa1