Oeil critique

Oeil critique

 

Où est le gros bon sens, l’important dans la vie?

Pourquoi remplit-on le temps de pleurnicheries?

Toujours les mêmes refrains, les mêmes chansons

Les mêmes vétilles, les mêmes vieux démons.

 

On ne demande plus, on revendique

On ne soupèse plus, mais on critique.

On ne pense plus, on suit le courant

On ne s’efforce plus, on laisse en plan.

 

Le monde reste à l’envers en permanence

Le moi est revenu en toute puissance.

Moi je sais, moi je prends, moi je ne veux pas

Le monde n’a pas changé d’un iota.

 

nikellenica
14-07-20

L’avant, le pendant et l’après

mask-5008671_640

 

L’avant, le pendant et l’après

 

C’était un monde où tout bougeait vite.
Un monde bâti autour de soi, chacun pour soi.
Un monde où le temps était calculé à la minute près
Où l’argent, le plaisir, la consommation et les voyages
Étaient tout ce qui importait.

 

Pendant que l’homme reste confiné
Devenu la proie d’un prédateur invisible.
Les animaux se promènent librement.
Les fleurs s’étalent au-delà des plates-bandes.
La nature récupère les espaces qu’on lui a volés.

 

La reprise de la vie normale se fera timidement.
La crainte persistera sans doute un bon moment.
Les priorités ne seront peut-être plus les mêmes.
L’après dépendra de ce que l’homme aura appris
Et surtout de ce qu’il voudra bien changer.

 

nikellenica
15-04-20
external-content.duckduckgo-1

Le temps s’est assombri

woman-2629327_640

Le temps s’est assombri

 

Gouttes de pluie
Nuages éternels
Nuits sans étoiles
Et jours sans Soleil.
Il y a bien le printemps
Au parfum de roses
Qui remplace le froid
Par le chant des oiseaux
Mais sa beauté reste sombre
Son regard velouté
Est voilé par la peur.
Le monde est rouge sang
La prison est contraignante
Le temps ne se compte plus
Qu’au rythme des voyages.
Or, c’est autour de soi
Que brille la lumière.

 

nikellenica
08-04-20

external-content.duckduckgo

Pandémie

coronavirus 2

Pandémie

 

L’ insouciant

Faudrait pas exagérer
Pour un p’tit rhume, on capote
Pas de raison d’empêcher
De boire un pot entre potes.

Le paranoïaque

C’est certain qu’on va mourir
Pas de vaccin, nul remède
Je me sens déjà faiblir
Au secours, j’ai besoin d’aide!

Le sage

Restons donc à la maison
Évitons la pandémie
Suivons les instructions
Tous ensemble pour la vie.

 

nikellenica (heptasyllabes)
19-03-20

 

external-content.duckduckgo-1

mask-4934337_640

Les voleurs de vie

knife-376381_960_720

Noir

 

Un éclair déchira le ciel de Manchester
Puis le rouge s’écoula de la plaie
Éclaboussant le pont de Londres.
Les voleurs de vies recouvrirent les visages
Du blanc de la terreur puis les corps du noir
De la mort. Ils attaquèrent par-derrière
Comme le font trop souvent les lâches
Imposant la grisaille des jours de deuil,
Mais ils n’éteindront jamais Le jaune lumineux
Du soleil ni n’atténueront le bleu pur du ciel!

 

 

Voleurs de vie

Personne n’est à l’abri
De vous, voleurs de vie!
Vous êtes des tueurs d’innocents
Vous radicalisant
Pour mettre en avant-scène
Vos coeurs remplis de haine.
Vous volez la vie des gens
Lâchement et gratuitement!
Nul ne possède la vérité
Martyrs, vous ne gagnez rien!
Vous mourez pour rien. Point!
Le monde appartient à chacun et à personne!
La vie ne se prend pas, elle se donne!
Avec vos bombes, vos couteaux, vos camions-bélier
Vous croyez pouvoir conquérir le monde entier!
Mais le monde continuera sans vous
Il ne s’arrêtera jamais même avec vous.
Vous serez poussière dans le néant
Sans récompenses et sans avenants.
Vous vous éteindrez tel un feu de paille
Sans aucune valeur ni aucun mérite
Car vous êtes des voleurs de vie!

 

nikellenica
06-06-17

 

Comment rester insensible devant tout ce gâchis!
Mes pensées à tous les blessés et aux parents des victimes.
citation-on-compare-parfois-la-cruaute-de-l-homme-a-celle-des-fauves-c-est-faire-injure-a-ces-derniers-fiodor-dostoievski-134401

Ce monde

Scaled Imag322e

Ce monde

Je ne veux pas vivre dans ce monde
Je refuse d’en faire partie.
Là, où règne la violence, où git l’immonde
Il n’y a que lâcheté et hypocrisie.

 

Je voudrais vivre entourée d’une enceinte
À l’abri des voleurs et des menteurs.
J’aimerais vivre isolée hors d’atteinte
Loin des jaloux et des maîtres chanteurs.

 

Où est donc le respect pour tout ce qui respire?
Où est passée la compassion pour autrui?
Qu’est-ce qui se cache derrière les sourires?
À croire que l’amour s’est changé en mépris.

 

J’ai vu le soleil illuminer les coins sombres
Une main sur l’épaule en train de consoler.
J’ai déjà vu des gens rassemblés en grand nombre
Former une chaîne de solidarité.

 

J’aimerais croire que viendra la lumière
Dans ce ciel saturé de nuages noirs!
Y aura-t-il un jour la paix sur la terre?
On me répète qu’il faut garder l’espoir!

 

nikellenica
13-03-15

barvert7