Au fil de l’eau

ruisseau

Au fil de l’eau

 

Affaiblie, je me retrouvai tout à coup loin
de mon bien-être habituel. Je fus prisonnière
dans l’eau trouble jonchée d’obstacles bloquant
le flux de mon énergie vitale. Tournent et tournent
les vertiges, du mal de mer aux remous. Je m’échouai,
impuissante. Je désirais très fort retrouver
la limpidité de l’eau fraîche dans laquelle je baignais
les jours d’avant, alors que les jours qui suivirent
perturbèrent ma quiétude. Il me tardait de recouvrer
mon autonomie et de pouvoir poursuivre ma route.
Je rêvai souvent de pluies abondantes qui gonfleraient
les eaux m’ouvrant la voie, mais il n’en fut rien.
Je devais donc compter sur les forces qu’il me restait
pour me frayer un passage à travers l’épreuve. Ce n’est
qu’en retrouvant mon équilibre que je pourrai à nouveau
chanter la vie tel le ruisseau enfin libre de couler…
au fil de l’eau.

 

nikellenica
09-01-17
0_80a74_f124d07c_m

Combat pour la vie!

combat

Combat pour la vie!

 

Si la vie est un combat!
Quand le cancer monte sur le ring
C’est pour la vie que l’on se bat.
On enfile alors les gants de l’espoir
Puis on redouble d’efforts
Question de vie, question de mort!

 

Perdre le combat!
C’est l’échec total!
C’est le coup fatal!
C’est aller au tapis
Et au compte de dix
Accepter l’inacceptable!

 

Gagner le combat!
C’est déjouer les pronostics!
C’est tenir encore debout
Malgré les durs coups.
C’est vaincre l’ennemi
Dans un combat sans merci!

 

S’il faut se battre pour gagner!
Il le faut tout autant pour perdre.
Le vainqueur est celui ou celle
Qui se bat jusqu’au bout
Jusqu’au dernier round
Peu importe l’issue.

 

nikellenica
08-11-15
3107282711_1_2_V4nCpQ55
À ceux et celles que je côtoie,
À ceux et celles que je ne connais pas
À vous tous(tes) qui menez le dur combat pour la vie
Avec un courage et une résistance exceptionnelle!
Je vous admire et vous souhaite de vaincre!

 

Jour et nuit

Scaled Image 1

Jour et nuit

 

Le jour se lève et se couche…
J’occupe l’espace laissé libre entre les deux
Du lever au coucher, je vis sans vivre
Du coucher au lever, je dors sans dormir.
Il fut un temps où je faisais la fête
la nuit, pour dormir le jour.
Maintenant dès que j’ouvre les yeux le matin
je souhaite les refermer aussitôt sur la nuit,
cette nuit que je voudrais éternelle.
Mais le soleil continue de se lever jour après jour
puis de se coucher soir après soir.
Je suis là, vieille personne clouée dans un lit
jour et nuit dans une lente agonie.

 

nikellenica

30-03-15

images