Il ne suffit pas de croire…

en dessous

Il ne suffit pas de croire…

 

Je croyais à l’amour sûr et durable
Celui que les années n’altèrent pas.
Mais j’ai appris que le coeur est instable
Et que la passion ne dure pas.

 

Je croyais au bon plaisir du partage
Donner, recevoir puis vice versa.
C’était sans compter les nouveaux adages
Le culte du moi et chacun-pour-soi.

 

Je croyais à l’innée beauté du monde
Celle qui s’approche du paradis.
À vrai dire, il existe en ce bas monde
Une laideur cachée sous les replis.

 

Je croyais à l’infinie joie de vivre
Celle qui fait rire et porte à chanter.
J’ai réalisé que le rêve enivre
Et qu’il vaut mieux ne pas se réveiller.

 

Je croyais à la liberté entière
Aux droits et libertés d’expression.
Mais lorsque l’on regarde à la lumière
La liberté n’est qu’une illusion.

 

Je croyais à l’État de bienveillance
Celui qui est propre à chaque pays.
Mais le pouvoir de l’argent influence
Et achète à peu près n’importe qui.

 

Je croyais à beaucoup de belles choses
Qui ont pris des détours inattendus.
J’avais oublié que même la rose
Ne possède pas toutes les vertus.

 

nikellenica (Décasyllabes)

 

93abddd7

Sentiments opposés

Scaled Image 1

Sentiments opposés

 

S’il y a des jours où j’ai envie de pleurer
Il y a aussi ceux où j’aime rigoler.
Dû aux circonstances, je ne suis plus la même
Et voilà que je flirte avec les deux extrêmes.

 

S’il y a des matins où j’enfile le gris
Il y a aussi ceux où mon teint resplendit.
Ça va tant bien que mal et puis mon moral flanche
Qui rit le vendredi pleurera le dimanche!

 

Si la température influence l’humeur
Quand le soleil revient, j’ai un élan d’ardeur.
Le bonheur était roi, aujourd’hui il soupire
Et voilà que j’alterne entre moue et sourire.

 

Si je suis comme ci, si je suis comme ça
Il peut même arriver que je sois au-delà!
Mais la plupart du temps sans vouloir contredire
Je vis à l’opposé entre larmes et rires .

 

nikellenica

22-03-13

soleilnuage