Chère poésie!

poésie

Chère poésie!

 

Quand j’ai la tête dans la brume
Les yeux humides d’amertume
Je me réapproprie ma plume
Je mets en rimes les jours gris.

 

Quand j’en ai par-dessus la tête
Les nerfs au bord de la tempête
Je mets en vers ce qui m’embête
Je désamorce les ennuis.

 

J’ai la tête dans les nuages
De la pluie mouille mon visage
Quand mon univers s’ennuage
Je m’évade dans les écrits.

 

Je suis présente en mode absence
L’esprit ailleurs, en somnolence
Je poétise l’existence
J’en oublie même qui je suis.

 

nikellenica(zegel)
11-11-17

 

barre-styloplume-mauve_3

 

Publicités

Vie

vie

Vie

Je ne comprends pas
le pourquoi de mon existence
parmi tant d’autres semblables…
Languissante, corolle défraîchie,
je me suis affalée sous la dernière pluie.
Si mon chemin s’achève à la tombée du jour
d’autres continueront d’exhaler leur haleine parfumée.
Là où mes racines les plus profondes s’enfoncent,
je puise soudain la force nécessaire.
Là où le Soleil perce les nuages,
je vais au bout de ma soif.
Un papillon sort de l’ombre
léger comme un souffle,
il effleure mon coeur,
je redresse la tête
frémissante
de vie.
vie
Vie
vie Vie vie Vie vie
Vie
vie
Vie
vie
Vie
vie
Vie

68772_40cbd

nikellenica
calligramme
26-10-17

allergie.jpg

Comme des oiseaux

autumn-233429_960_720

 

Comme des oiseaux

 

Les feuilles aux toilettes colorées
Quittent leur nichoir d’été
Pour trouver refuge à nos pieds
Comme des oiseaux aux ailes brisées.

 

L’automne prêt pour une trêve
Chante l’hymne de l’été indien
Comme des oiseaux au petit matin
Pépiant leur aubade brève.

 

Octobre entre soleil et déchirures
L’adieu aux dernières chaleurs
Comme des oiseaux migrateurs
Échapper à tout prix à la froidure.

 

Novembre, triste paysage
Parmi les arbres dénudés
Ses nuits et ses jours sont mal-aimés
Comme des oiseaux au sombre plumage.

 

nikellenica
13-10-17

                          58a8b20e

Penser

nuit

 

Penser

 

Je pense à hier
Je vais loin en arrière.
Je pense à aujourd’hui
Puis à demain aussi.
Je pense à mes ennuis
À ceux de mes amis.
Je pense à mes enfants
Puis à mes petits-enfants.
Je pense à toi, je pense à nous
Je pense à ça, je pense à tout!
En fait, je pense tout le temps!
C’est fou de penser autant!
Je reste tard éveillée
À ne faire que penser.
Prendre un somnifère
Refaire ma prière
Compter les moutons
M’endormir pour de bon!
Penser n’est pas de tout repos
Je pense que je pense trop!

 

nikellenica
19-09-17

 

W2ueRezX5-c-eYvodEm0klx1Kp4

C’était l’automne!

background

C’était l’automne!

Les feuilles se détachaient de l’arbre centenaire
terminant leur chute sur mon balcon.
Avec mon balai, je leur faisais la guerre
refusant obstinément le départ de l’été.

 

C’était l’automne!

 

Je n’entendis pas le cri du geai bleu signaler ma présence
ni ne vis les yeux émerveillés des enfants collectionnant des feuilles
mais j’entendis le vent siffler outrageusement entre les branches
et je vis les dernières fleurs de mon jardin… agoniser.

 

nikellenica
11-09-17

cde88694.png

 

Blessures

barbelé

Blessures

 

Les blessures guérissent
Et laissent des cicatrices
Profondes ou superficielles.
Les miennes me rappellent
De ne plus être avec toi
Ni pour, ni même contre toi.
À tout prix, m’éloigner
Car tu ne fais que blesser.

 

nikellenica
01-09-17

 

5-BARRE-119-

J’ai osé!

bench-2178672_960_720

J’ai osé!

 

Si je te dis tes quatre vérités
M’en voudras-tu?
Si je te dis le fond de ma pensée
M’écouteras-tu?
Alors que je m’enlise
Vidée de l’énergie que tu m’extorques.
Je voudrais que tu réalises
Tout le stress que cela provoque.
Voilà, j’ai osé t’indisposer
Et depuis c’est le silence!
Pour me punir ou pour te venger
Tu brilles par ton absence.

 

nikellenica
04-08-17

wir.skyrock