Comme des oiseaux

autumn-233429_960_720

 

Comme des oiseaux

 

Les feuilles aux toilettes colorées
Quittent leur nichoir d’été
Pour trouver refuge à nos pieds
Comme des oiseaux aux ailes brisées.

 

L’automne prêt pour une trêve
Chante l’hymne de l’été indien
Comme des oiseaux au petit matin
Pépiant leur aubade brève.

 

Octobre entre soleil et déchirures
L’adieu aux dernières chaleurs
Comme des oiseaux migrateurs
Échapper à tout prix à la froidure.

 

Novembre, triste paysage
Parmi les arbres dénudés
Ses nuits et ses jours sont mal-aimés
Comme des oiseaux au sombre plumage.

 

nikellenica
13-10-17

                          58a8b20e

Publicités

Penser

nuit

 

Penser

 

Je pense à hier
Je vais loin en arrière.
Je pense à aujourd’hui
Puis à demain aussi.
Je pense à mes ennuis
À ceux de mes amis.
Je pense à mes enfants
Puis à mes petits-enfants.
Je pense à toi, je pense à nous
Je pense à ça, je pense à tout!
En fait, je pense tout le temps!
C’est fou de penser autant!
Je reste tard éveillée
À ne faire que penser.
Prendre un somnifère
Refaire ma prière
Compter les moutons
M’endormir pour de bon!
Penser n’est pas de tout repos
Je pense que je pense trop!

 

nikellenica
19-09-17

 

W2ueRezX5-c-eYvodEm0klx1Kp4

C’était l’automne!

background

C’était l’automne!

Les feuilles se détachaient de l’arbre centenaire
terminant leur chute sur mon balcon.
Avec mon balai, je leur faisais la guerre
refusant obstinément le départ de l’été.

 

C’était l’automne!

 

Je n’entendis pas le cri du geai bleu signaler ma présence
ni ne vis les yeux émerveillés des enfants collectionnant des feuilles
mais j’entendis le vent siffler outrageusement entre les branches
et je vis les dernières fleurs de mon jardin… agoniser.

 

nikellenica
11-09-17

cde88694.png

 

Blessures

barbelé

Blessures

 

Les blessures guérissent
Et laissent des cicatrices
Profondes ou superficielles.
Les miennes me rappellent
De ne plus être avec toi
Ni pour, ni même contre toi.
À tout prix, m’éloigner
Car tu ne fais que blesser.

 

nikellenica
01-09-17

 

5-BARRE-119-

J’ai osé!

bench-2178672_960_720

J’ai osé!

 

Si je te dis tes quatre vérités
M’en voudras-tu?
Si je te dis le fond de ma pensée
M’écouteras-tu?
Alors que je m’enlise
Vidée de l’énergie que tu m’extorques.
Je voudrais que tu réalises
Tout le stress que cela provoque.
Voilà, j’ai osé t’indisposer
Et depuis c’est le silence!
Pour me punir ou pour te venger
Tu brilles par ton absence.

 

nikellenica
04-08-17

wir.skyrock

Histoire à finir

Une histoire comme il y en a parfois…
Trop souvent
Une histoire triste et noire, la garder sous silence, non!  Puisqu’elle existe!

tomber

Histoire à finir

 

C’est une histoire comme il y en a parfois…

 

Une de ces histoires bouleversante et désespérée
Une descente pieds et poings liés, les yeux fermés
Un plongeon en droite ligne, complètement raté
Un (couler à pic ) sans filet, sans parachute
Une vol plané brisé par une chute.

 

C’est une histoire comme il y en a parfois…

 

Une de ces histoires tourmentée et vécue
Une dégringolade aux confins de l’inconnu
Là où les problèmes n’existent plus.
C’est une histoire à fendre l’âme
La signature d’un drame.

 

nikellenica
28-07-17

 

58e035f0------sep

a6a944656904c2591cebf380aab97787

11376161_1438579639782772_481779521_npensées sur le web

J’aurais voulu

tictactoe

J’aurais voulu

 

J’aurais voulu que l’on voie
Par-dessus l’indifférence
Que l’on dise Dieu sait quoi
Pour occuper les silences.

J’espérais un mot gentil
Un sentiment véritable
Un regard attendri
Une main secourable.

J’aurais voulu que l’on soit
D’une écoute empathique
Que l’on use parfois
D’une patience angélique.

J’espérais un compliment
Un élan de tendresse
Un sourire bienveillant
Une voix de caresse.

J’aurais voulu que l’on croie
Aux séquelles à long terme
Que l’on ouvre grand les bras
J’aurais voulu que l’on m’aime!

 

nikellenica
10-07-17

 

images