La maison de la vieillesse

seniors-4051655_640

La maison de la vieillesse

 

Une fenêtre sans vue

Une porte sous clé

Un toit loin de la société

Où la vieillesse est détenue.

 

La maison de la vieillesse

Agonise sous le brouillard

Le virus décime les vieillards

Désarmés par la faiblesse.

 

En flagrant manque de tendresse

Sans visiteurs, à l’abandon

La mort remplit à ras bord les fourgons

Qui voudrait souffrir de la vieillesse?

 

Entre les quatre murs de la vieillesse

Se multiplient les décès par deux

On s’était engagé à faire mieux

Au grand vent les vaines promesses!

 

À tous les gens âgés morts de la covid sans personne pour leur tenir la main.

nikellenica

18-11-20

external-content.duckduckgo

Sur le web
external-content.duckduckgo-1external-content.duckduckgo

De la vie à la mort

death-2433005_640

Quand j’étais jeune on disait que novembre était le mois des morts. C’est un mois que je n’aime pas trop étant donné ses jours de pluie trop nombreux, sa froideur et la noirceur qui vient trop tôt. Parler de la mort est un sujet qui fait partie de la vie, alors novembre s’y prête bien sans pour cela que ce soit triste.

De la vie à la mort

 

Partout où il y a la vie

Il y aura assurément la mort.

Telle une épée de Damoclès, la mort

Plane au-dessus de la vie.

 

La naissance condamne à mourir!

La vie expérimente

La mort patiente

Rien à faire pour s’en prémunir!

 

La vie est un lever de soleil au matin

Des pages d’ histoire.

La mort est la venue de la nuit noire

Le mot de la fin!

 

La vie est une fleur fraîchement éclose

Qui fascine par son parfum et ses couleurs

Soudain déracinée, les pétales en pleurs

Dans la mort, elle se décompose.

 

Il faut vivre pour mourir

La vie est donc un prélude!

Il faut vivre avant de mourir

Car la mort est… une certitude.

 

nikellenica
01-11-20

citation-chagall

Deuxième vague

isolation-5182353_640

Deuxième vague

 

Le printemps vint chambouler mes habitudes

M’imposant un lot de restrictions.

Je fus plongée dans l’incertitude

Face à un virus en propagation.

 

L’été venu, j’eus l’espérance

De goûter un peu à la vie d’avant.

Mais allier beau temps et négligence

Mène à nouveau au confinement.

 

Quel triste automne!

Même les oiseaux ont déserté

Déjà que je ne vois presque plus personne

Je dois une nouvelle fois m’isoler.

 

Bientôt, l’hiver viendra me surprendre

Quelque chose me dit qu’il sera long.

La solitude couvera sous les cendres

et je croupirai au fond de ma prison!

 

nikellenica 20-10-20

external-content.duckduckgoSur le web

external-content.duckduckgo-1external-content.duckduckgo

Lumière d’automne

Photo : Alice Massé

Lumière d’automne

 

Que la lumière éclaire

Le côté sombre de l’automne!

Que les couleurs dansent

Sur les feuilles avant qu’elles ne meurent!

Feuillage de feu sur fond automnal

Vaut bien l’éclat d’un soleil d’été!

L’automne prend la pose le temps d’un cliché

Mise en scène pour un spectacle d’adieu

D’ici peu s’éteindra la lumière.

 

nikellenica
6-10-20

Dans ses yeux

Dans ses yeux

 

Il y avait dans ses yeux

Quelque chose que je ne reconnaissais pas.

Une petite étincelle qui s’était éteinte!

Nous étions victimes de la distanciation

Figées dans le moment présent.

 

Il y avait dans ses yeux

Quelque chose que je ne comprenais pas.

De moulin à paroles au silence soudain

Je dis un peu n’importe quoi pour meubler le vide

Espérant trouver des mots pour l’atteindre.

 

Il y avait dans ses yeux

Quelque chose qui avait changé.

Serait-ce la faute du confinement

Qui à force de la tenir à l’écart

L’aurait enfermée à l’intérieur d’elle-même?

 

Il y avait dans ses yeux

Quelque chose qui ressemblait à un adieu.

Je réalisai que l’on venait de me voler ces précieux moments

Entre mère et fille que j’aurais voulu plus tendres…

Mais, je restai sans mots et sans gestes.

 

Il y avait dans ses yeux

Quelque chose qui me fit mal.

Une page que l’on devait tourner

Le coeur à l’envers, il ne me vint pas à l’idée

Qu’elle puisse en souffrir, elle aussi!

 

nikellenica
24-09-20

Le dernier vers

Le dernier vers

 

Quand se posera la colombe

Sur le dernier de mes écrits

Plutôt qu’orner de fleurs ma tombe

Quand se posera la colombe

Déposez des mots sur ma tombe

Des poèmes à l’infini

Quand se posera la colombe

Sur le dernier de mes écrits.

 

Que résonne la poésie

En écho jusqu’au paradis

Telle une douce mélodie

Que résonne la poésie

À la mémoire de ma vie

Avant l’arrivée de l’oubli

Que résonne la poésie

En écho jusqu’au paradis.

 

nikellenica  (2 triolets )
25-08-20

external-content.duckduckgo

Ainsi va la vie…

day-1552119_640

Ainsi va la vie…

 

Quand la nuit pâlit

Le jour se pointe.

Puis les jours passent

Les semaines s’écoulent

Les mois s’effritent

Et l’année prend fin.

Quand le jour s’éteint

La nuit s’installe.

Hier s’en va

Demain s’en vient.

 

Ainsi va la vie…

 

nikellenica
22-08-20

external-content.duckduckgo-1

Trou noir

Photo Mathéo JBT
Si vous ne voyez qu’un grand trou noir sans issues devant vous qui vous attire, levez les yeux et voyez la possibilité que vous avez d’y échapper. nikellenica

Trou noir

 

Il y a dans ce trou noir

Quelque chose qui accroche le regard

Une profondeur sans limites

Où une mystérieuse force nous incite

À nous y laisser tomber.

 

nikellenica
18-08-20

Sur le web
Sur le web

Trouver les mots

Trouver les mots!

 

Ces mots sont comme la mer

Ils défilent sur les vagues

Vont et viennent et divaguent

Parfois arrosés d’écume

Sous une nappe de brume

Et je ne les trouve point.

 

Ces mots sont comme le ciel

Ils se voilent de nuages

Maîtrisent le camouflage

Parfois inondés de pluie

Au fil des intempéries

Et je ne les trouve point.

 

Ces mots sont comme les fleurs

Ils fleurissent sous ma plume

Enluminent et parfument

Parfois teintés d’harmonie

En gerbes de poésie

Et je les retrouve enfin!

 

nikellenica (heptasyllabes)
01-08-2020